HAMLET au Théâtre de l’Archipel : Prolongation jusqu’au 30 juin 2016

Posté dans News

Hamlet inverséPROLONGATION

Bernard AZIMUTH joue HAMLET
L’ARCHIPEL – Salle bleue
(17, Bd de Strasbourg – 75010 Paris)
Jusqu’au 30 juin, tous les jeudis à 19h. (Relâche le 23 juin)

Azimuth s’empare t-il d’Hamlet ou Hamlet s’est-il emparé d’Azimuth ?
La question reste posée devant ce spectacle baroque et névrosé, un pléonasme sans aucun doute, dans lequel on retrouve les situations ainsi que les personnages emblématiques de Shakespeare, le tout passé à la moulinette de cet humour décalé propre à Bernard Azimuth.

RÉSERVATIONS : Par téléphone 01 73 54 79 79 ou en ligne

Pour voir la bande-annonce, cliquez ici !

 

La critique sur Webtheatre de Gilles Costaz (Le masque et la Plume)

Hamlet, de noir vêtu, est seul en scène. Il est seul et pourtant tous les principaux personnages de la tragédie de Shakespeare sont là aussi. Car cet acteur en solo, Bernard Azimuth, va les incarner tour à tour et, peut-être, en même temps, car il est virtuose le bougre ! Voilà le spectre, voilà Polonius, qui va trépasser, derrière un rideau. Un rideau noir ! C’est tout dont dispose Azimuth pour cacher de rares accessoires, entrer et sortir, évoquer les divers climats et les différentes aires de jeu. Mais il se transforme sans gêne en Gertrude, en Ophélie, en Laërte, pour redevenir en quelques seconde le facétieux prince de Danemark. En cours de route, on se permet de croire – et l’on a tort – que l’entreprise est trop ardue et que l’interprète solitaire va devoir sauter certaines scènes mais elles sont toutes là : les conflits avec la reine, le monologue « Etre ou ne pas être », la mort d’Ophélie, le départ pour l’Angleterre, le retour d’Hamlet dialoguant avec les fossoyeurs, le duel final. Tout y est, et tout est joué avec rien, seulement le talent tout à fait étonnant d’un acteur qui, éventuellement, fait intervenir des marionnettes – mais très peu. Ce comédien est aussi un écrivain qui s’amuse à ajouter quelques digressions, et pas des plus anodines : sur la vie et la mort ! Toujours drôles, cependant.
La collaboration entre Bernard Azimuth (acteur-auteur), Hervé Apparé (metteur en scène-auteur) et William Shakespeare (auteur, acteur et chef de troupe en semi-retraite) a admirablement fonctionné. Le spectacle est d’une rare intelligence et progresse dans la maîtrise nerveuse de chaque seconde comme dans la liberté prise avec le découpage de la pièce originelle. Il est éminemment caustique : il privilégie la satire, la moquerie des grands et des puissants. On y rit sans cesse, aux dépens d’un panier de crabes élisabéthains et dans le plaisir d’une mise en spirale éblouissante.

 

Article Bernard Azimuth Canard enchaîné

 

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Me suivre sur facebook ?

Derniers commentaires

SAATDJIAN

|

Une épreuve sportive de longue haleine, ou comment rendre accessible à tous Hamlet avec un point de vue très personnel mais au combien rafraîchissant, on en redemande. Bien que découvert à Télématin, dommage que cet artiste soit peu médiatisé, il mériterait de l’être beaucoup plus !

Duval

|

Formidable acteur qui se démultiplie entre de nombreux personnage de cette pièce originale, drôle et sérieuse. Aussi à l’aise dans le drame, la comédie ou la conversation avec le public. Précipitez vous.

COLLIN Brigitte

|

Il y a beaucoup de facettes dans votre humour qui le rendent totalement imprévisible et d’autant plus hilarant, avec des morceaux de bravoure comme le génial sketch « trop de lettres » ou du délire total comme « l’anglaise ». Vous faites bien de passer partout dans nos belles régions de France (au pied du Vercors en ce qui nous concerne), ça aère la tête et ça fait du bien à ceux qui vous entendent!

robert santo-paolo

|

J’aime beaucoup ce que vous faites. Je déplore que vous n’ayez pas le succès que vous mériteriez d’avoir. Votre finesse et votre humour « décalé » me procurent une grande joie. Permettez-moi de vous féliciter.
Robert Santo-Paolo